AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le forum Marlow Spring a ouvert le 10 Janvier 2016 à 15 heures (heure française)
Deuxieme article de The stalkers Bloggers posté le 17.01.2016 : ARTICLE NUMERO II
Sujet commun : Surveillons notre ville
Vous aimez Marlow Spring ? Alors venez laisser votre avis sur nos pubs : BazzartPRD
TOP SITE : PRDOBSESSIONCRANBERRYBAZZART

Partagez | 
 

 hela |Les espaces entre les doigts on été créés pour laisser une autre personne les combler.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Il est bien de chez nous ♥

AVATAR : Rose McIver.
MESSAGES : 186
INSCRIPTION : 28/12/2015
ADRESSE : Novel Marlow au country club.
EMPLOI : en recherche d'emploie pour le moment.





MessageSujet: hela |Les espaces entre les doigts on été créés pour laisser une autre personne les combler.    Sam 9 Jan - 22:56

McKellen,Clyde Hela  

Nom ≈ Mckellen. C'est le nom de famille de mon père. Ce nom de famille est écossais, mais mon père n'est pas né là bas. Cela doit venir de cinq génération si je me souviens des dires de mon grand père qui est né sur le territoire Américain exactement en Alabama.  Prénom(s) ≈ Clyde Hela. Mon premier prénom est Clyde, c'est le nom de mon grand père paternel, mais ma mère voulais aussi m'appeler comme sa mère qui est morte d'un cancer du sein.  Âge ≈ 26 ans. Date,lieu de naissance ≈28 Juin 1989 à Daphne en Alabama.Origines,Nationalité ≈ écossaise,anglaise et américaine.Métier/étude ≈ Je n'ai pas bossé depuis quelques temps. j'étais écrivaine pour enfant, mais trois ans auparavant j'ai tout arrêté en fuyant la vie que j'avais à l'époque à cause d'une maladie.   Orientation sexuelle ≈ Hétérosexuelle Statut Matrimonial ≈ Célibataire, mais compliqué.  Famille ≈J'ai un enfant qui a presque trois ans à présent, je ne l'ai pas vu grandir tous cela pour l'aider à ne pas souffrir ... ou par peur ? Elle me manque Célia. J'ai aussi un grand-frère qui vit ici avec une petite nièce : Mason et Malia.   Date d'arrivée ≈ Je suis arrivée ici quand j'avais dix ans. Nous avons déménagé de Daphne à la mort de ma mère. Groupe ≈you're the migratory bird Crédit(s) ≈ carole 11 et tumblr

Donner une deuxième chance à quelqu'un qui t'a trahi c'est comme donner une deuxième balle à quelqu'un qui t'a manqué.  

(+) douce (-) jalouse (+) studieuse (-) colérique (+) active   (-) curieuse (+) sportive   (-) rancunière (+) ambitieuse (-) méfiante (+) vénale (-) protectrice à ses dépends (+) créative (-) possessive
(1) Son prénom veut dire auréole. (2)  Elle est assez bordélique, elle a du mal à garder un endroit impeccablement rangé. Elle n'est pas du style à dire chaque chose à sa place, tout au contraire. (3) Elle a peur du noir, elle n'arrive pas à dormir sans aucune lumière, alors son ex lui a offert une petite veilleuse de nuit, c'est ça qui l'a fait tomber sous le charme. (4) Elle a horreur de certains légume vert comme : choux Bruxelles ou encore les épinards ... ça lui donne toujours envie de vomir. (5) Elle a horreur d' Halloween ... car elle fini toujours par avoir peur, les films d'horreur et elle ça fait au moins dix. (6) Elle a eu un cancer du sein et a du subir après deux ans de chimio pour combattre se cancer une ablation de la poitrine pour ne pas voir ce cancer revenir. Elle a mit du temps à se remettre de cette ablation ,mais c'était la solution pour être auprès de sa fille. (7) Elle écoute de la musique à longueur de journée, elle a bien du mal à ne pas le faire, elle aime chanter que ce soit sous la douche  ou encore devant du monde ! Faux ou vrai peu importe elle chante.   (8) Elle a un chat qui s'appelle Kado et qui a trois ans. (9) Elle n'est pas douée avec les poissons rouge, généralement elle les oublies, les laisses donc mourir de faim et compagnie. (10) Depuis deux mois elle écrit un bouquin sur son parcourt contre le cancer ! Que ce soit pour sa mère ou pour elle. (11) Elle n'a jamais expliqué son choix de partir à quiconque préférant se faire porte comme morte auprès de ses proches que de les voir souffrir comme elle a vu son père souffrir ou encore elle même. (12) Elle n'est pas sûre que son choix de revenir à Marlow Spring soit une bonne idée, mais elle veut déposer son regard sur son enfant.   (13) Elle aime s'habiller de façon posée, c'est à dire avec des sweat à capuche  et des joggings. Elle sait se se pouponner comme une vraie femme, mais elle ne l'a pas fait depuis longtemps, cachant le fait qu'elle n'est plus de seins. (14) Elle ne raffole pas de faire les boutiques. (15) Elle adore les coutumes des petites villes cela la fait rêver.


Code:

<pris> ≈</pris> rose mciver feat C. Hela McKellen



Dernière édition par C. Hela McKellen le Dim 10 Jan - 19:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il est bien de chez nous ♥

AVATAR : Rose McIver.
MESSAGES : 186
INSCRIPTION : 28/12/2015
ADRESSE : Novel Marlow au country club.
EMPLOI : en recherche d'emploie pour le moment.





MessageSujet: Re: hela |Les espaces entre les doigts on été créés pour laisser une autre personne les combler.    Sam 9 Jan - 22:57




Dans une relation, ne pas se disputer signifie un manque d’intérêt. Les gens qui se soucient les uns des autres ont tendance à se disputer souvent.  

The death traumatized the oldest to young humans


   _  Maman c’est qui cette fille ?
             _  C’est ta sœur Elisabeth .


Mon regard se déposait dans celui de ma maman, je restais un peu ébahi du haut de mes sept ans. De quoi ma mère me parlait ? Je n’avais pas de sœur. Enfin, je ne l’avais jamais vu. Quand elle vit ma tête surprise, elle commença à me raconter ce qui s’était passé rapidement. Je l’écoutais retenant juste qu’elle était morte seule dans une forêt, mon esprit avait été subjugué par un papillon passant par là. Je regardais Mason qui venait d’arriver avec notre père et je venais me poser à ses côtés. Lui demandant si lui aussi il connaissait notre sœur, il n’avait pas vraiment répondu déposant juste sa main dans la mienne, me laissant sans grande réponse. Au final, le temps de rester devant cette pierre tombale face à une photographie d’une fille blonde comme ma maman  ne me laissa que de marbre. Je ne la connaissais pas et malgré que mon esprit tente de comprendre, je ne voulais pas pour autant chercher à comprendre. Je n’aimais pas cet endroit, alors au plus vite j’en étais partie mieux je me portais. C’était grâce au clip de Michael Jackson que j’étais au courant des choses se déroulant dans les cimetières et y rester ne me donnait pas vraiment envie.

_  Maman elle est toute blanche... j’ai peur.
        _   Vient on va aller se coucher.

Je haussais un peu les épaules en entendant la réponse de mon grand-frère. Je tirais sur sa main pour l’avertir que je n’allais pas bouger de suite. «  Maman elle va bien, Mason ? » Le regard plongé dans le sien, je sentais une petite gouttelette d’eau salée glisser sur mon visage, alors que je glissais ma main dans mes cheveux. «  Elle ne va pas rejoindre Elisabeth quand même ? » Que je lui demandais en soufflant. J’étais pas ravie si elle partait avec ma sœur, je l’avais jamais vu celle-là, mis à part en photo et je ne cherchais même pas à comprendre pourquoi, enfin je savais qu’elle était dans les étoiles, mais elle n’avait jamais dénié venir me voir pour que je la vois de mes yeux. Je ne comprenais pas cela, pourquoi n’avais-je pas eu le droit de la voir ? Mason m’avait d’ores et déjà dit que je l’avais vu, mais mes souvenirs devaient être disparu, car j’en avais aucuns à ce niveau-là avec elle. Je le sentais me pousser dans ma chambre pour que j’aille me coucher, je le laissais brancher ma veilleuse, mais au lieu de rejoindre sa chambre, il venu se mettre dans mon lit avec moi. Cette nuit, j’avais serré mon frère contre moi, malgré, cette non réponse qui était encore dans les airs, mon doudou s’en était senti délaissé. J’étais juste très loin de me douter que ma mère était si malade, comment pourrais-je le savoir du haut de mes huit ans ?

_  Madame McKellen était aimé de tous dans son quartier. C’est une grande perte pour sa famille ainsi que pour ses amis, mais tu l’as rappelé auprès de toi.  

Je tremblais, je ne sentais plus mes yeux rougis par les chaudes larmes que je ne parvenais pas à stopper depuis trois jours. Ma mère nous avait quittés, cette dernière avait succombé à son cancer du sein. Je n’avais pas su tous cela à temps pour bien profiter d’elle. Je pleurais pour tellement de chose, alors que ce prête parlait.  Que ce soit pour sa mort, mais aussi pour cette promesse brisé qu’elle m’avait faite. Elle m’avait juré qu’elle ne  partirait jamais sans moi, pourtant elle l’avait fait. Je sentais la main de Mason se glisser dans la mienne, alors que je sentais la main de mon père sur mon épaule. Je tentais de calmer mes pleurs, mais j’étais bruyante, j’avais du mal à tout garder enfermé dans mon petit cœur. J’avais l’impression que mon corps était trop lourd pour mes jambes, alors que ces dernières continuaient de faiblir, je serrais aussi fort que possible mon doudou dans mes bras, alors que je pouvais entendre les pleurs des deux hommes m’entourant : Mason et mon papa. La main de mon père quitta mon épaule, car ce dernier avait rejoint l’homme de dieu. Je le regardais tentant d’éviter son regard qui me rendait mal. Il parlait de ma mère et il tentait de retenir sa peine, mais sa voix était tout aussi tremblante que pouvait l’être mes jambes. Je me laissais glisser sur ma chaise, là assise, alors que tous étaient debout, je fermais les yeux, tentant de reproduire dans mon esprit le doux visage de ma mère.



Removals is a chance to start over at zero no matter the age

_ C’est notre nouveau chez nous les enfants !

La petite brise crée par l’avancé du véhicule où je me tenais conduis par mon père faisait virevolter mes cheveux dans les airs, alors que je mordais l’intérieur de ma joue en sentant cette boule de stresse pour venir vivre ici. Pourtant, je devrais être heureuse. Je m’éloignais de cette ville qu’était Daphne pour moi, elle était difficile à supporter.  Ma mère avait été enterré là-bas, mais pas seulement ma grande sœur dont je n’avais pas du tout de souvenir. Cela me faisait assez de la peine pour le coup. Au final, je n’en avais pas parlé, mais j’avais été cherché à la bibliothèque au lieu de rentrer du collège ce que je pouvais trouver sur elle dans les journaux. Quand j’en parlais Mason me trouvait trop petite pour en parler, mon père  je n’osais même pas lui parler, j’évitais. Il n’était pas le même depuis la disparation de maman ce qui me faisait mal au cœur, car il avait toujours sourit, même quand elle était malade. Enfin, mon oncle  qui était son frère avait fini par le convaincre pour son bien et le nôtre.  Mon père avait besoin d’aide pour reprendre sa vie, mais c’était surtout compliqué pour lui de ne pas avoir la force de tout faire sans sa femme, malgré son amour pour nous, il n’arrivait pas à retrouver un quelconque à la vie, ça se voyait par son comportement. Cette nouvelle vie ? Je ne savais pas vraiment quoi en penser, mais je ne voulais pas non plus désespérer pour le coup en me disant que rien n’allait aller. Mais, la vie que j’allais avoir ici dans cette ville que je fréquentais uniquement durant le temps des vacances à l’accoutumée me laissait assez perplexe, malgré la présence de mon frère et de mes cousins : Jill et Jona.

_  Il est pas mal Jordan, tu devrais tenter de dire oui une fois pour tout à sa demande.
_ Mason me tue si je drague l’un de ses amis …

Je soufflais avant d’éclater de rire en regardant ma cousine, qui me regardait observer le copain de mon frère, ce dernier était plus jeune que mon frère de deux ans. Mais, connaissant Mason qui était du style à être hyper protecteur avec ma personne, j’avais assez du mal à sortir seule, même dans cette petite bourgade. Enfin, je n’avais pas à me plaindre, car malgré mes dix-sept ans, je parvenais à trouver le moyen de sortir et de m’amuser dans son dos. Bon, il le savait finalement toujours, à croire qu’il avait quelque chose pour m’espionner assez facilement. Après tout, cette constance à s’occuper de moi me rassurait, puis je n’étais pas la seule personne à apprécier cela dans le fond. Oui, mon père aime assez que mon frère soit présent pour me surveiller tout en faisant à sa personne bien entendu. Cela me faisait aussi plaisir, je ne pouvais pas dire le contraire. J’adorais le fait que mon frère soit là pour moi. On avait toujours été assez proche, comme avec Jill et Jona. Même si j’avais mis un peu de temps à m’habituer à Marlow Spring qui n’était pas mon Daphne natale.



Fate is naughty , he always hits hard .

_  Je la sens bouger Micah.
_ Montre voir !

Je cuisinais un repas pour Micah et moi, il était bientôt l’heure du repas, on avait pris avec le temps des habitudes. En même temps après deux ans de vie commune et quatre ans de relation, on avait besoin d’un petit train-train pour se sentir bien dans sa vie. J’aimais ma relation avec Micah, avec complication de temps à autre et parfois pas. Il faut dire que certaine fois, j’étais compliqué à suivre. Enfin, depuis notre premier coup d’œil, j’étais sûre que ma destinée était de finir avec lui. Il m’avait charmé en un regard et il n’aurait pas eu à parler pour que je puisse le comprendre. C’était une sensation étrange pour le coup, je ne saurais pas vraiment comment expliquer ce que j’avais ressenti et ce que je ressentais encore. Je sentais sa main venir se poser sur mon ventre bien arrondis à présent à six mois de grossesse alors que la petite fille que je portais gesticulait dans mon ventre. Je sentais ses coups,  lâchant un petit rire, je venais voler un  baiser à Micah, qui tentait de me convaincre d’appeler la petite Célia, je lui faisais croire que je n’étais pas trop pour, mais en réalité, j’étais à cent pour cent pour. Juste, je lui faisais croire qu’on n’était pas du tout d’accord. J’étais heureuse que ma vie ait autant évolué. Que ce soit professionnellement ou encore personnellement. Le mariage ? J’avouais que j’y avais d’ores et déjà pensé,  mais je ne voulais pas souffler cette idée à celui que j’aimais, j’attendais qu’il choisisse son moment  … c’était à son bon vouloir dans le fond.

_ Elle est belle cette petite.  
_ Célia tu vois que c’est parfait comme prénom pour elle.  

Je devais avoir une mine affreuse, autant dire qu’un accouchement n’était pas de tout repos, pour le coup ce cher Micah avait dû donner de sa personne et même de sa peau. J’avais martyrisé ses mains pour pouvoir calmer mes douleurs en me vengeant sur lui. Oui, en même temps je n’étais pas enceinte de moi-même, mais bel et bien de la faute de monsieur. Je détenais le petit corps fragile de ma fille dans mes bras, calé contre ma peau brûlante encore par l’effort que je venais de fournir pour la mettre au monde, alors que Micah au-dessus de nous nous embrassait chacune notre tour, je murmurais tout bas ces trois mots que je disais que très rarement étant assez pudique dans le fond.   «  Je t’aime ! » Je le laissais s’installer sur le rockingchair prés de mon  lit d’hopital pour qu’il puisse tenir sa fille. Il me regarda en la prenant, mon regard ne parvenait pas à se défaire du sien, comme si ce dernier était devenu la drogue du mien. «  Mason peut être le parrain … on verra pour la marraine bientôt ? » Je ne pouvais pas nier, cette nouvelle me faisait plaisir.  Que mon frère soit le parrain de ma petite puce cela était une aubaine que je ne pouvais que chérir. J’étais moi-même devenue la marraine de la petite Malia qui était née depuis deux ans à présent. Mason devait l’élever seul, vu qu’Azélia s’en était allé, la mère de cette dernière.  Enfin, je regardais Micah qui était concentré sur notre petite puce.

_ Tu es ma plus belle réussite ma belle.

Je la regardais, des larmes demandant à couler le long de mes joues assez rougis par tout cela. Je devais tout quitter. La peur, l’envie de protéger les miens ? Je ne savais pas comment faire pour mettre des mots sur cette souffrance qui se tenait dans mon être. Aucun mot ne serait assez puissant pour dire ce que je ressentais réellement. J’allais mourir ? Aucune idée, mais pour moi c’était d’ores et déjà plié tout comme ma mère et ma grand-mère auparavant, j’allais succomber à cette maladie que j’avais découvert en donnant le sein à ma fille. J’étais là au-dessus du berceau de ma fille de six mois, je l’avais vu grandir et j’avais basé ma vie par rapport à ce petit ange. Je  ne savais pas comment là de suite il m’était possible de tracer un trait sur ma famille que je formais avec ma fille et Micah. Je ne savais pas que j’avais autant de force en moi, mais je savais amplement que ce n’était pas facile d’affronter la mort d’un proche, surtout jeune. Alors, je ne voulais pas faire subir cela à ma fille, à Micah … puis encore moins à mon père et à mon frère. J’avais décidé que je partirais en disant que je ferais des courses et que je reviendrais, mais qu’il fallait que j’envoie une lettre. Mon frère qui était policier allait sans doute me chercher et accuser des personnes de ma disparition. Je voulais dire la vérité, pour que personne ne me trouve, alors j’avais expliqué que je ne parvenais pas à aimer suffisamment cette vie, alors que cette dernière était tout bonnement parfaite à mon humble avis. J’embrassais le front de ma petite puce qui dormait et je passais dans la cuisine où Micah se servait un jus d’orange.   «  Je vais faire des courses … je reviens. » D’un coup, moi qui avait critiqué cette Azélia quand elle était partie, je me posais des questions, me demandant comment elle avait pour faire ça … et finalement après l’avoir autant critiqué je faisais exactement la même chose à cause de ce cancer.



after touching the dark it is time to say hello to the light.

_ Bonjour, vous êtes nouvelle vous aussi dans ce petit hameau ?
_ On va dire ça ! Je prends cette chambre, merci.

Presque trois ans que je n’avais pas déposé le pied dans cette ville, elle avait changé, elle s’était agrandit. Le country club était à présent fini et c’était ici que j’allais déposer mes valises. J’avais été convaincu par Azélia de reposer mes valises dans le coin. Autant dire que devenir si proche de cette dernière me paraissait presque étrange. Elle connaissait mon histoire et surtout la cause de mon départ tout comme je connaissais depuis deux années la raison de son départ. Je m’étais écroulée de fatigue dans la rue après une chimio assez rude et ce fût Azélia qui m’était venue en aide. J’avais d’abord pensé qu’elle aussi avait trouvé refuge dans cette ville si près des nôtres, mais finalement non, elle était juste rentrée et suivait des séances chez le psy. Je m’étais sentie obligée de lui parler pour ne pas qu’elle dise où j’étais à mes proches, je me battais contre le cancer, mais je savais que ce genre de cancer pouvait être impossible à battre même avec la force que l’amour pour ma fille pouvait me procurer. En parlant avec la mère de ma filleule que j’avais aussi abandonnée, je me sentais idiote de l’avoir jugé auparavant, car je connaissais tout d’elle. Enfin, maintenant, je devais affronter ma famille et Micah ? Autant dire que j’avais envie de mourir sur place, surtout que je me sentais mal à l’aise, loin d’être une femme, sans ma poitrine, vu que j’avais subi une ablation de cette dernière pour empêcher ce maudit cancer de revenir dans mon être. Je me sentais mal et pas prête du tout à affronter cela. Célia avait toujours été dans mes pensées, dans mon cœur tout comme son père, mais je ne voulais pas imaginer qu’un retour en arrière était possible et encore moins utiliser ma maladie comme excuse, car c’était aussi de la lâcheté dans le fond ? Enfin e crois. J’étais tout bonnement paumée.


et moi c'est ...
Luckyred/Cindy
Coucou c'est derrick ! amen Tu es une fille/homme ? Je suis un alien Surprised  Ton petit âge ? j'ai le quart de siécle ... cool  Tu viens d'où ? de Mars, tu connais ? C'est pas mal là bas ! Tu es venu ici pourquoi ?  play with string  langue perverse  des choses perverses ? (a)  Ton personnage est un personnage inventé/scénario ?inventé mon sergent   Tu es un double compte ? non pas encore ... on a le temps avec la longue vie de MS qui est à venir !  Autres chose à dire ? Je suis la plus intelligente sifflote  violentlove  uhuh


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

hela |Les espaces entre les doigts on été créés pour laisser une autre personne les combler.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» décalage entre les poussoirs et l'arbre à came ??
» Putter avec un tee entre les doigts, c'est autorisé?
» 10 jours Trip au MAROC - Entre Haut Atlas & piste du Dakar
» Fissure entre les glômes et fourchette malodorante.
» élongation de l'auriculaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MARLOW SPRING  :: 
Ô toi petit habitant
 :: Viens poser tes valises :: Petits citoyens modèles
-