AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le forum Marlow Spring a ouvert le 10 Janvier 2016 à 15 heures (heure française)
Deuxieme article de The stalkers Bloggers posté le 17.01.2016 : ARTICLE NUMERO II
Sujet commun : Surveillons notre ville
Vous aimez Marlow Spring ? Alors venez laisser votre avis sur nos pubs : BazzartPRD
TOP SITE : PRDOBSESSIONCRANBERRYBAZZART

Partagez | 
 

 I can't believe you let me down - Hela

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Il est bien de chez nous ♥

AVATAR : Stephen Amell
MESSAGES : 30
INSCRIPTION : 10/01/2016
EMPLOI : Inspecteur pour le service des renseignements





MessageSujet: I can't believe you let me down - Hela   Mar 12 Jan - 21:02

hela & mason  
I can't believe you let me down
Je regardai ma montre et vis avec horreur que j'étais sur le point d'être en retard. J'avais ma fille à récupérer à l'école et j'avais promis à Micah de m'occuper de ma nièce pour le reste de la journée. Seulement, j'avais encore toute la route à faire pour retourner sur Marlow et mon dossier n'était pas encore complet. Je tendis le bras pour essayer d'attraper ma tasse de café avant de jurer avec colère. Je me relevai vivement avant que la boisson brûlante ne coule sur mon pantalon, poussant les feuilles le plus efficacement possible. Le liquide ne semblait pourtant pas faire attention à tous mes efforts, glissant lentement sur tous mes papiers pour bien les imbiber et détruire tout mon travail dans le même temps. Les jurons ne firent qu'augmenter en intensité alors que je cherchai désespérément un mouchoir pour arrêter les dégâts. Rien n'y faisait, je venais de finir pour dernier paquet de mouchoir et le sopalin avait dû rester dans la salle de détente. J'étais bon pour tout recommencer pendant des heures, adieu soirée tranquille à la maison. Je me reposai avec fureur sur mon fauteuil, repoussant violemment le clavier posé devant moi. Comment allais-je pouvoir faire avec les filles ? Azélia était encore dans sa boutique et ne fermerait pas avant plusieurs heures. Micah avait forcément d'autres choses de prévu puisque je lui avais dis que je m'occupais de tout. Quant à la nourrice, je ne me voyais pas l'appeler lors de son jour de congé, mais je n'avais pas d'autres choix. Je sortis avec crispation mon portable et déverrouillai le tout pour atteindre ma liste de contact d'urgence. Je sentis alors une main se poser sur mon épaule, m'obligeant à relever la tête. « Laisse tomber McKellen, rentre chez toi ! Tu n'auras qu'à finir ça demain ! » Surpris par la remarque, je n'eus pas le temps de remercier mon partenaire qui était déjà sorti de la pièce. Cependant, je restai tout de même un moment à mon bureau, pas certain que ce soit une bonne idée de tout laisser en plan. Je n'avais vraiment pas envie de recevoir les foudres de mon chef s'il découvrait que j'étais rentré sans finir mes comptes-rendus. Mais, en même temps, il serait d'autant plus énervé si je ne le faisais pas correctement, ce qui risquait d'être clairement le cas vu mon humeur en cet instant. Il ne m'en fallut pas plus pour me lever, attraper ma veste, mon portable et mes clés et sortir du bâtiment. Quelques minutes plus tard, j'étais au volant de ma voiture, direction Marlow Spring. J'avais tellement l'habitude de faire ce trajet maintenant, je ne me rendis pas compte du temps passé en arrivant à l'entrée de la petite ville. Je jetai un rapide coup d’œil dans mes rétroviseurs avant de déclencher mon clignotant et tourner à gauche. Si la culpabilité de quitter mon bureau m'avait dérangé durant tout le parcours, elle avait totalement disparu à l'idée de retrouver Malia à la sortie de l'école. Je n'avais pas souvent l'occasion de le faire alors j'en profitais pleinement à chaque fois. Je me garai à la première place que je trouvai et sortis avec précipitation pour être à l'heure devant les grilles. Quelques mères étaient déjà présentes, mais les enfants semblaient être encore occupés à l'intérieur. Finalement, j'étais arrivé plus tôt que prévu, ce qui n'était pas plus mal. Je me posai contre le mur et croisai les bras sur ma poitrine, saluant d'un signe de tête les parents qui arrivaient. La tête un peu ailleurs, je crus un instant avoir une hallucination. Je fermai les yeux quelques secondes, puis, doucement, je rouvris les paupières et regardai de nouveau devant moi. Là, de l'autre côté de la rue, elle était là. Ma sœur. J'en restai bouche bée. Je me décalai du mur, scrutant attentivement le moindre de ses gestes. Je n'arrivais pas à savoir si elle m'avait vu, mais je ne pouvais pas rester là sans rien faire, je devais réagir. D'un coup, je me mis à marcher, vérifiai que la voie était libre avant de traverser la route. Sans que je réalise réellement, je me trouvai devant elle, de nouveau choqué par sa présence. « Hela ? Qu'est-ce que… Qu'est-ce que tu fais ici ? » Mon ton était devenu de plus en plus dur alors que je comprenais ce que cela signifiait. Ma sœur venait de faire son retour après plusieurs années d'absence. Comme pour sa fuite, elle revenait sans dire un mot, dans le secret absolu. « Je peux savoir où tu étais passée ? Et quand tu es revenue ? Pourquoi t'es partie ? Tu comptes rester ou c'est juste histoire ? Putain, Hela, qu'est-ce qui t'es passé par la tête ? » J'avais de nouveau croisé les bras contre ma poitrine, les sourcils froncés, une colère froide dans le regard. Je n'arrivais pas à croire qu'elle soit de retour, qu'elle n'ait pas prévenu.
LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il est bien de chez nous ♥

AVATAR : Rose McIver.
MESSAGES : 186
INSCRIPTION : 28/12/2015
ADRESSE : Novel Marlow au country club.
EMPLOI : en recherche d'emploie pour le moment.





MessageSujet: Re: I can't believe you let me down - Hela   Mar 12 Jan - 22:03

hela & mason  
I can't believe you let me down
J’avais touché les ténèbres quand l’annonce du médecin avait retenti. Le cancer du sein était présent en moi. Comment, j’aurais dû prendre cette satanait nouvelle ? Bien, mal ? Sur le moment, je me souviens simplement avoir dit merci au médecin qui m’avait regardé d’un air tout bonnement étrange. Autant dire qu’il ne devait pas avoir l’habitude des personnes le remerciant d’une telle nouvelle. Il devait plus être habitué à se faire insulté ou à voir des pleurs. Juste un mot et un sourire. Le remercier de ne pas me faire paraitre dingue d’avoir pensé à mal directement, a ce maudit cancer qui m’avait retiré ma mère, qui m’avait retiré l’un des êtres les plus importants dans ma courte vie. Après tout, je n’avais que vingt-trois ans quand cette annonce avait fini par glisser dans ma vie pour la détruire partiellement. Je n’étais pas partie loin des miens, je ne voulais juste pas les faire souffrir comme j’avais pu souffrir et tout comme ma famille avait déjà tant souffert à cause des morts jonchant le parcourt des McKellen. Aujourd’hui, c’était mon premier jour au travail d’Azélia, cette dernière n’avait pas encore su comment l’annoncer à mon frère, je savais que je la foutais dans une merde pas possible, mais je n’avais pas d’autre choix que de revivre comme une personne normale dans le fond, mis à part que je n’avais plus aucune forme de poitrine. Je bossais cachée dans les fourneaux pour pas qu’elle se fasse prendre puis aussi pour me protéger le temps que je croise les miens et surtout Micah. Voir ma fille me rongeait, mais je ne savais pas comment allait se passer les retrouvailles avec son père qui me pensait être partie faire des courses, mais au final, je n’avais jamais retrouvé le chemin de la maison jusqu’à présent. Cette ville m’avait manqué, elle avait pourtant bien changé en trois ans, de nouvelle tête, de nouveaux endroits, j’avais l’impression d’être une réelle nouvelle par ici ce qui n’était pas le cas. Je mordais un peu ma lèvre soufflant un peu, alors que je regardais l’heure qui était affiché sur mon téléphone. J’allais rapidement voir Azélia, la prévenant que je prenais une petite heure de pause, n’ayant pas encore prit la mienne aujourd’hui. C’était une petite idée qui trottait encore dans ma tête, Azélia m’avait passé quelques photos de Célia dans son évolution de nourrisson à petite fille, j’avais reconnu ce sourire qui était identique à celui de ma mère, ce qui m’avait brisé le cœur, car j’avais laissé le temps couler loin d’elle, pensant vraiment que j’allais mourir. Je ne savais rien de ce qui allait se passer avec les adultes et dans un temps je m’en contrefichais un peu voire énormément. Je voulais surtout pouvoir voir ma fille, la serrer dans mes bras. Elle n’était clairement pas en âge de comprendre ce qui s’était passée alors je pourrais lui expliquer tout quand elle sera plus vieille et apte à comprendre, mais pas forcément à pardonner et cela ne m’échappait pas. Enfin, je déambulais dans les petites rues de Marlow ne cherchant pas à croiser du monde et encore moins à me cacher, j’avais décidé que si je croisais une personne que je connaissais j’affronterais son regard peu importe les foudres pouvant s’effondrer sur ma personne, il était temps que je sois forte, après tout, j’avais combattu un cancer et subit bien plus cruelle tout au long de ma vie, alors faiblir pour quelques mots qui écorcheraient mon cœur pourront sans doute trouver le temps d’être pansé… Je me retrouvais devant l’école où était ma fille en maternelle et Malia la petite puce de mon frère et Azélia, elle aussi avait bien poussé, elle ressemblait à ses parents, un bon petit mélange des deux. Devant l’école, j’étais anxieuse de croiser Micah, je n’avais juste pas eu l’idée subtile de penser à mon cher frère, mais finalement je n’avais même pas eu besoin de le faire vu que ce dernier venait tout bonnement de se pointer devant moi. Je faisais comme toujours mon maximum pour cacher ce que je ne voulais que personne découvre ! Les seins en moins. Cela me troublait, la sensation de ne pas être une femme, enfin ce n’était pas très compliqué à comprendre ? Mon regard venait de se déposer dans le sien, alors que je l’écoutais, ne sachant même pas comment dire les choses ou même m’expliquer, car finalement, je ne voulais pas dire les vrais raison de mon départ. Je voulais qu’on me pardonne tout bonnement, car on m’aimait et non pas, car j’étais une femme malade. Un tas de question me sont balancé à la vite par mon frère que limite mes réponses sont un peu chamboulé par la question revenant par la suite. Il en avait enfin fini, je soufflais ouvrant un peu la bouche pour finir par croquer légèrement par mordre ma lèvre. « Mason … non, je ne compte pas repartir et disparaître … j’étais par ci par là … enfin voilà. » pas d’explication, rester bref, tout irait sans doute bien ainsi ? J’avais un doute, mais j’avais droit d’y croire après tout ? J’entendais la cloche de l’école sonner, les enfants allaient bientôt réveiller la petite ruelle de par leurs cris et peut être me sauver de cet interrogatoire ?
LUCKYRED
[/quote]



a fairy tale
J’avais mal mais je ne savais pas où ni même comment. Dans ces moments, tu voudrais retirer ta peau, tes os, enlever ta chair, savoir où se loge la douleur. Il n’y a que ça qui compte : la localiser pour espérer la neutraliser. Mais ton corps te toise, il te considère comme un étranger.Et toi, comme un idiot, tu lui cours après.
luckyred.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il est bien de chez nous ♥

AVATAR : Stephen Amell
MESSAGES : 30
INSCRIPTION : 10/01/2016
EMPLOI : Inspecteur pour le service des renseignements





MessageSujet: Re: I can't believe you let me down - Hela   Mar 12 Jan - 22:40

hela & mason  
I can't believe you let me down
Le silence m'entoura alors que j'attendais ses explications. Je ne savais pas ce que je voulais entendre, je ne savais pas si je voulais vraiment savoir ce qu'il s'était passé. Je laissai mes yeux la scruter sans aucune retenue, comme si je cherchais une explication dans son attitude. Elle semblait différente, mais je ne voyais pas ce qui avait pu changer chez elle. C'était sans doute les années qui avaient fait leurs effets sur elle, rien de plus compliqué. Elle avait toujours le même visage, les mêmes yeux qui me rappelaient un peu trop notre mère. Je retrouvais aussi un peu d'Elisabeth dans ses expressions, comme un rappel de tout ce que j'avais perdu jusqu'à présent. Alors pourquoi m'énerver ? Je venais de la retrouver après tout, je la revoyais enfin vivante après toutes ces années, je devrais être heureux. Après tous les malheurs qui tombaient sur notre famille, j'avais la possibilité de revoir en chair et en os ma sœur, chose que je ne pensais plus possible ou que je me forçais de ne pas rêver en tout cas. Seulement, j'étais blessé, j'étais toujours aussi traumatisé par sa disparition, même après trois ans. Quand on a perdu deux personnes des plus importantes dans la famille, sans oublier la mère de ma fille qui avait décidé de m'abandonner, c'était la fuite de trop. Elle savait parfaitement à quel point j'avais été mal face au départ d'Azélia, mais elle n'avait pas hésité une seule seconde à faire la même chose. La raison ? Elle n'appréciait pas son mode de vie et décidait de tout plaquer pour en trouver un autre. Comment avait-elle pu être aussi égoïste après tout ce que j'avais fait pour elle ? Je voulais bien comprendre qu'elle ne se sentait pas prête pour devenir mère, qu'elle n'était pas bien dans cette ville, mais était-ce une raison pour ne pas donner de nouvelles ? Trois ans, cela faisait trois ans que je ne l'avais pas vue, que je ne l'avais pas entendue. Trois ans d'inquiétude sans aucun répit. Et je la retrouvais devant l'école, l'air parfaitement en forme, comme si de rien était. Pourtant, je n'arrivais plus à la reconnaître, à la comprendre d'un seul regard. A chaque fois que je faisais une hypothèse, des milliers de questions venaient la détruire en un demi-seconde. Que voulait dire son attitude ? Était-ce parce qu'elle s'en voulait qu'elle se mordait la lèvre ou parce qu'elle ne s'attendait pas à me voir ? Voulait-elle seulement me voir ? Et ses explications, que devais-je en comprendre ? Elle ne voulait sans doute pas me parler, mais il était hors de question qu'elle s'échappe aussi facilement. Je ne savais pas quand je la reverrai par la suite et j'avais besoin de réponses, de vraies réponses. « Voilà ? C'est tout ? Tu as disparu pendant trois ans, tu ne m'as pas écrit, tu ne m'as pas téléphoné, tu ne m'as pas laissé un seul mot et tu te contentes d'un 'voilà' ? Mais qu'est-ce que j'ai fait pour... » La cloche retentit dans mon dos, suivit rapidement par des cris d'enfants heureux de pouvoir rentrer chez eux. Je sentis ma mâchoire se crisper devant le dilemme qui se présentait à moi. Je ne savais plus quoi faire à présent. Je devais récupérer Malia et Célia, mais je ne pouvais pas laisser Hela partir, je devais lui parler. Seulement, est-ce que Micah était au courant de son retour ? Avait-elle le droit de voir sa fille ? Je ne pouvais pas prendre cette décision à sa place, ce n'était pas mon rôle. Je tournai le regard vers les grilles pour évaluer le temps qu'il me restait avant de prendre une décision et le reposai aussitôt sur ma petite sœur. « Qui est au courant de ton retour ? Et réponds-moi franchement ! Je n'ai pas envie d'avoir de problèmes parce que tu continues avec tes petits secrets ! » Je n'étais pas tendre avec elle, mais je n'avais pas le temps de continuer son petit jeu de mystère. Mon enfance était loin derrière moi maintenant, je n'avais plus aucune envie de me plier à ses volontés, elle avait trop abusé de ma confiance. « Tu as trente secondes pour me répondre. Après, je récupère les filles et je les ramène à la maison sans un regard en arrière. Tant pis si ça veut dire qu'on ne doit plus se revoir toi et moi. » La culpabilité me rongea aussitôt les mots sortis, sentant que je poussais la limite un peu trop loin. Je n'avais aucune envie de lui faire du mal, mais je me sentais comme bloqué face à un piège mortel. Je ne trouvais pas de moyen de m'en sortir, sa présence m'empêchant de faire le moindre geste. Je savais que j'allais devoir faire un effort surhumain pour me détourner de son regard, mais je n'avais pas le choix. Son départ m'avait forcé à revoir mes priorités et sa fille était devenue plus importante, alors je ferai ce qui me semble juste pour elle.
LUCKYRED
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Il est bien de chez nous ♥





MessageSujet: Re: I can't believe you let me down - Hela   

Revenir en haut Aller en bas
 

I can't believe you let me down - Hela

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pose de phares additionnels
» Feux hella noirs Polo 6n
» Salon moto de Sarrebruck
» C'est la grande braderie..... Mille fois hélas !
» Cadran de contrôle/réglage de phares Hella 1968.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MARLOW SPRING  :: 
Marlow Spring
 :: Old Marlow :: School
-